Transport : aspects techniques.

Publié le par thierry aprile

techniques de transport

 

a. ce qui est transporté :

            biens matériels : pondéreux/non pondéreux (selon un rapport poids/valeur ajoutée) NB outre le coût, produits à exigence particulière :rapidité (denrées périssables), ponctualité (médicaments, pièces de rechange…), délicatesse dûe à fragilité du produit (œufs, bouteilles, fleurs….) , température constante (chaîne du froid…) hygiène irréprochable (poissons, viande,produits laitiers…)

            personnes : paient le coût de leur transport, doit arbitrer entre coût /rapidité / sécurité / confort, et entre transport individuel et collectif

            biens immatériels : notion de transport prend la forme de la transmission d’une information

4 types d’information, selon fréquence (ligne) et facilité (colonne)

 


rare

difficile et complexe

Ìexpertise, « audit »

Óenseignement

facile

Ùcommande de produit standard

ãcours de la Bourse

 

Ì suppose un déplacement de personnes, un face à face parce que l’information est confidentielle, ou nécessite une part non-discursive

Ó suppose un déplacement de personnes

Ù peut rendre inutile un déplacement de personnes (courrier, téléphone…)

ã rend nécessaire un réseau informatique

 

b. techniques

Histoire : transport terrestre longtemps fatigant, coûteux, dangereux sur longues distances, réservé aux marchandises à forte valeur ajoutée (épices, métaux précieux, étoffes)

voie d’eau : énergie dépensée moindre car frottement limité, vent et courant disponibles

transport en site propre, exige des infrastructures spécifiques

 

mode de transport 

avantages

inconvénients

route

Liberté dans les horaires et les itinéraires

Flexibilité

Pollution (atmosphère, bruit…)

Emprise au sol

Coût social (accidents)

Coût (amortissement véhicule, assurances, taxes…)

Conditions de trafic aléatoires (embouteillages…)

rail

Pollution faible (traction électrique)

Emprise au sol faible (par rapport aux tonnages transportés)

Coût énergétique faible (friction limitée)

Sûreté, fiabilité des horaires, bon marché

Rigidité (de gare à gare)

Ruptures de charge

aérien

Rapidité (sur + de 500 km)

Monopole du trafic passager longue distance

Emprise au sol forte (pb de distance aéroport/centre-ville)

Pollution sonore

Temps des procédures nécessaires

voie d’eau continentale

(fleuve ou canal à grand gabarit pour bateaux de + de 3000 tonnes)

Très bon marché

Rigidité (tributaire d’un réseau hydrographique qui doit être aménagé

Lenteur

Voie d’eau maritime

Quasi monopole commerce international longue distance (3/4 échanges mondiaux)

Tubes

Réservés aux transport de fluides liquides ou gazeux

 

circulation de l’information

  • longtemps matérielle : déplacement d’un bien (manuscrits : lettre, parchemins…) ou d’une personne (« bouche à oreille »). Déjà organisée en réseaux, considérée comme stratégique.
  • Série d’améliorations matérielles concernant fiabilité, rapidité, coût de l’information : imprimerie, services postaux, presse, train, automobile, avion…
  • Communication immatérielle télécommunication télégraphe (1844), téléphone (1876) reste dépendante d’un réseau physique de fils (ex : câbles sous-marins)
  • puis communication immatérielle par réseau hertzien : radio, télévision, communication satellitaire… Autoroutes de l’information = infrastructure de télécommunication permettant grâce au satellite, au réseau téléphonique, ou au réseau de fibres optiques de diffuser très rapidement d’énormes quantités d’informations encodées
  • Problèmes : coût très élevé de lancement et mise en orbite de satellites, dimension stratégique (information/désinformation/monopole par des agences), information sur un marché concurrentiel largement privé

 

c. organisation des transports :

  • normalisation : conteneurisation (80% des produits manufacturés), spécialisation de navires (méthaniers, pétroliers, minéraliers, vraquiers), pour information : langages informatiques standardisés, quasi monopole de Microsoft pour logiciels, usage de anglais comme langue internationale
  • intermodalité : plates-formes multimodales, roll on/roll off (camions entrent directement dans navires pour chargement et déchargement), ferroutage (couplage camion/fer)
  • gestion : part croissante de la logistique grâce au système d’information, optimisation des chargements et déchargements

 

Chute brutale des coûts kilométriques de transport : rationalisation et standardisation, progrès techniques (accroissement vitesse, économies d’énergie) + diminution des coûts de main d’œuvre (ex : pavillons de complaisance), accroissement des capacités (supertankers, avions-cargos), déréglementation et concurrence sauvage (transport aérien et routier notamment, bientôt le chemin de fer)

 

Publié dans M1 GEOGRAPHIE

Commenter cet article