5. Produire en France.

Publié le par thierry aprile

voir aussi le corrigé du concours 2012.


extrait du programme :

Produire en France

- quatre types d’espaces d’activités : une zone industrialo-portuaire, un centre tertiaire, un espace agricole et une zone de tourisme.

Dans le cadre de l’approche du développement durable ces quatre études mettront en valeur les notions de ressources, de pollution, de risques et de prévention.


principes généraux
1/ l'entrée la plus évidente est le paysage, et, dans son explicitation, il faudra prévoir une carte de France pour mieux le situer
2/ il s'agit de construire ces leçons avec en perspective la définition de l'activité dans un contexte général (la définition des secteurs primaire/secondaire/tertiaire ; qu'est-ce qu'une entreprise ; qu'est-ce que la population active... par exemple) et plus précis (quels sont les sens contemporains de industrie, services, agriculture, tourisme...). Pour ce dernier point, on peut se référer aux définitions des dictionnaires de géographie.
3/ il faut centrer vos réflexions sur les dynamiques géographiques (voir intro), c'est à dire réfléchir en terme d'acteurs, de réseaux, de flux, d'aménagement, d'organisation de l'espace, de risques...
4/ la notion de "risque" (source : géoconfluences) :
 


Risque(s), risques naturels, risques majeurs

Le risque (risk en anglais) peut être défini comme la probabilité d’occurrence de dommage compte tenu des interactions entre facteurs d’endommagement (aléas) et facteurs de vulnérabilité (peuplement, répartition des biens). La notion de risque recouvre à la fois le danger potentiel de catastrophe et la perception qu'en a la société, l’endommagement potentiel, comme celle de l’endommagement effectif. Un risque peut être d'origine naturelle ou peut avoir des causes purement anthropiques (risques technologiques, risques géopolitiques par exemple).

Les risques "naturels" se rapportent à des aléas qui font intervenir des processus naturels variés : atmosphériques, hydrologiques, géologiques ou géomorphologiques. Le risque naturel se situe à la croisée entre, d'une part, un ou plusieurs aléas, et, d'autre part, la vulnérabilité d'une société et/ou d'un territoire qu'elle occupe. L'aléa ne devient un risque qu'en présence d'enjeux humains, économiques et environnementaux. Par exemple : un typhon sur un atoll désert de l'océan Pacifique n'est pas un risque, mais un cyclone sur les îles densément habitées des Caraïbes devient un risque majeur et provoque des dommages considérables. La question des risques naturels permet ainsi de revisiter un vieux paradigme de la géographie, celui des rapports entre la société et la nature.

Le risque, d'origine naturelle ou technologique, est dit majeur lorsqu'il peut faire de très nombreuses victimes et occasionner des dommages considérables, dépassant les capacités de réaction des instances concernées (États, sociétés civiles), à l'échelle de la zone touchée. Le risque majeur est caractérisé conjointement par une faible probabilité d’occurrence (faible fréquence) et d'énormes impacts, il peut alors devenir une catastrophe perturbant durablement les équilibres naturels et sociaux à divers niveaux d'échelle. Les conséquences, pour la population, sont dans tous les cas tragiques en raison du déséquilibre brutal entre besoins et moyens de secours disponibles.

Le risque s'entend également au sens de la prise de risque. Il est au cœur des problématiques du principe de précaution et de la gestion de l'incertitude. On peut distinguer le risque – situation pour laquelle une liste de toutes les éventualités et de leur probabilité de réalisation peut être établie – de l'incertitude, situation pour laquelle l'une ou l'autre de ces deux conditions n'est pas vérifiée.



1/ une zone industrialo-portuaire.

  • l'exemple du Havre, premier port français, et une carte. L'ensemble des documents fournis sur la double page de la documentation française est cohérent et permet l'analyse du paysage. Le processus de conteneurisation paraît le plus "parlant" pour les élèves.
  • des cartes de l'industrie française, qui montrent à la fois un processus de désindustrialisation (ou au moins de dématérialisation ou "tertiarisation" de l'industrie) en France, le basculement de part et d'autre de la ligne fictive Le Havre/Marseille  : carte en 1973 et sa légende ; la France inverse et sa légende ; carte schématique
  • images relatives à la conteneurisation : taille des porte-conteneurs ; débarquement ; camion ; train ; barge
  • trajets de conteneurs : trajets Asie/Europe 1 & 2 ; Gennevilliers/Casablanca ; Shangai/Lyon
  • on peut insister dans le paysage portuaire sur les grues qui permettent le déchargement de conteneurs (autre angle) et les silos qui stockent pétrole et gaz.
  • histoire des arts : l'estuaire de la Seine, et le Havre en particulier ont été le sujet de la première toile "impressionniste"  de Claude Monet. D'autres peintres ont illustré le même paysage, comme Boudin ou Pissarro

1/ Claude Monet Impression, soleil levant , 1873 huile sur toile, 48 x 63 cm ; Musee Marmottan, Paris

Claude Monet a peint cette toile lors d'un séjour au Havre avec son épouse Camille et son fils Jean. Il présente cette vue de l'ancien avant-port du Havre à la première exposition de la Société anonyme des artistes peintres, sculpteurs et graveurs en avril 1874 dans l'ancien studio du photographe Nadar, au 25 boulevard des Capucines à Paris.Le critique d'art Louis Leroy, du Charivari, voulant faire un jeu de mot malveillant sur le titre de ce tableau, intitule son article du 25 avril 1874 L'Exposition des Impressionnistes et donne ainsi sans le vouloir son nom à ce nouveau mouvement artistique, l'impressionnisme.

2/ Eugène-Louis BOUDIN (1824-1898), Le Port du Havre, bassin de la Barre. 1888 32 cm x 41 cm, Huile sur bois parqueté. Musée d'Orsay (Paris)

3/ Camille Pissarro " L'Avant-port du Havre, matin de soleil, marée montante " 1903 Huile sur toile 54x 65 cm © Musée des Beaux Arts  Le Havre

  • histoire des arts 2 : on peut aussi illustrer ce thème, côté transport, par les charbonniers de Monet et le coltineur de Gervex ou bien encore le remorqueur de Fernand Léger. (Les tableaux sont analysés sur le site Histoire en images)

Claude Monet (1840-1926). Les charbonniers dit aussi Les déchargeurs de charbon Vers 1875. Huile sur toile, 55 cm x 66 cm, Musée d’Orsay, Paris.
Henri Gervex (1852-1929),
Le coltineur de charbon, 1882, 70cm x 117 cm, huile sur toile, Palais des beaux arts de Lille.
voir l'étude Peindre le travail ouvrier
Fernand Léger (1881-1955),
Le remorqueur, 1920, 103 x 132,5 cm, huile sur toile, Musée de Grenoble.

/ voir étude

2/
un centre tertiaire
deux exemples :

  • la Défense, l'exemple d'un quartier d'affaires qui se classe dans le paysage obligé de toute ville mondiale, avec son groupe de gratte-ciel. Seule nuance, aux Etats-Unis, le quartier d'affaires figure le centre de la ville, alors qu'à Paris, le quartier est excentré (quoique relié au paysage du centre par l'intermédiaire de la Grande Arche)

images du "Central Business District"
voir le site sur l'avenir du quartier de la Défense qui montre l'actuelle retour en grace des "tours" comme solution d'aménagement
histoire des arts : on peut s'intéresser à la construction des gratte-ciel (inventés à Chicago plutôt qu'à New York) aujourd'hui, ou par le tableau de Léger, les constructeurs, ou les photos souvent reproduites de la construction de l'Empire State Building : photo 1, photo 2

Fernand Léger, Les constructeurs, 1950, 300 cm x 228 cm, Donation Nadia Léger et Georges Bauquier, 1969, Musée national Fernand Léger, Biot

 

Photography Collection, Miriam and Ira D. Wallach Division of Art, Prints and Photographs, The New York Public Library, Astor, Lenox and Tilden Foundations

 

  • Val d'Europe

Il s'agit là d'un exemple tout à fait complet de nouveau centre d'affaires, marqué par la fonctionnalité (équipements, transports, logements, espaces verts, "aménités"...), plus que par le prestige (au contraire, son échelle le rend plus proche du concept de "ville durable")carte économique de val d'Europe
images : un immeuble de bureaux : extérieur ; intérieur ; la vie de bureau avec une photo de l'allégorie du cadre stressé, et un "open space"

3/
un espace agricole
Il semble intéressant pour cette question de bien distinguer les étapes successives du travail agricole : préparer le sol, planter, entretenir et protéger la croissance de la plante, récolter
histoire des arts : on peut utiliser les très nombreux tableaux consacrés à l'activité agricole et à l'image des paysans et de leur travail.
Ainsi
les labours de Rosa Bonheur, les foins de J.Bastien-Lepage, les moissons ou les moissons de la Crau de Van Gogh, la moisson de Malévitch, les glaneuses de JF Millet.
En ce qui concerne le paysage rural/agricole, la Montagne Ste Victoire de Paul Cézanne semble toute indiquée.
 

Jules BASTIEN-LEPAGE, Les foins, 1877, 160 cm x 195 cm, huile sur toile, Musée d’Orsay
Jean-François MILLET (1814-1875),
Des glaneuses. 1857, 83 cm x 111 cm, Huile sur toile. Musée d’Orsay
Rosa BONHEUR,
Labourage nivernais ; le sombrage
, 1849, 134 cm x 260 cm, Huile sur toile, Musée d’Orsay
Kazimir Severinovitch MALEVITCH, 1911,
La Rentrée des moissons, huile sur toile, 72x74,5 cm. Stedelijk Museum, Amsterdam

Vincent  Van  Gogh La Moisson à La Crau, avec Montmajour dans le Fond (1888), 92 x 73 cm Huile sur toile, Musée Van Gogh, Amsterdam. Sur ce tableau, voir la très bonne étude sur le site suivant

http://www.vangoghaventure.com/francais/3.oeuvres/partheme/moisson.htm

Vincent van Gogh, Moisson en Provence, 1888, huile sur toile, 50 x 60 cm, The Israel Museum, Jerusalem

Paul Cézanne, La Montagne Sainte-Victoire, 1890, huile sur toile, 62 x 92 cm, Musée d’Orsay, Paris



cartes : production agricole, revenus agricoles, production agricole
schéma : pollution des eaux. qui montre que l'agriculture "intensive" est aussi une source de pollution importante
voir aussi :

Mutations de l'agriculture et politiques de l’eau en région Bretagne (Thomas Houet)

http://geoconfluences.ens-lsh.fr/doc/transv/DevDur/DevdurScient9.htm

L'agriculture et l'aménagement des domaines skiables dans les Alpes : des enjeux     environnementaux  (Marc-Jérôme Hassid)

http://geoconfluences.ens-lsh.fr/doc/transv/DevDur/DevdurScient5.htm

Le développement durable en pratique : la préservation des ressources en eau potable des      communes rurales dans les pays de grande culture (Gérard Dorel)

http://geoconfluences.ens-lsh.fr/doc/transv/DevDur/DevdurScient4.htm

Aménagement intégré des zones côtières et grignotage du littoral - Réalité ou fiction ? Synthèse littorale du recensement de 1999 (France métropolitaine)

http://geoconfluences.ens-lsh.fr/doc/typespace/littoral1/popup/SynthRecenst.htm


4/ une zone de tourisme

des cartes de la france touristique
chiffres des revenus du tourisme, de provenance des touristes, des recettes touristiques
.

Publié dans M1 GEOGRAPHIE

Commenter cet article