cours 5 : les territoires français.

Publié le par thierry aprile

Les territoires français.

Qu’est-ce qu’un territoire ?

« Ce qui définit un territoire, c’est sa logique d’organisation. Au départ, il n’y a qu’un espace ; il accède au rang de territoire lorsqu’une collectivité humaine structurée a les capacités, non seulement de l’occuper, mais de l’organiser »
F.Damette, J.Scheibling, La France, permanence et mutations, 1997

Pour aller plus loin, article « territoire » in Dictionnaire de la géographie… M.Lussault, J.Lévy

Quelle démarche d’analyse ?

La démarche « traditionnelle » issue de la géographie classique consiste à partir d’une carte des éléments physiques du territoire en général une carte du relief pour ensuite s’intéresser à la géographie humaine, en commençant par une carte de la répartition de la population, puis les activités productives (agriculture, industrie, services…). Nous avons tous en tête cette démarche qui nous semble de fait logique voire « naturelle ». Il faut modifier cette démarche dans l’enseignement de la géographie pour 3 raisons :

1-    le développement récent des thématiques liées à l’environnement qui se traduisent dans les programmes scolaires par l’EEDD font porter l’attention sur les milieux. Cependant, il est stupide de postuler comme certains écologistes, confortés hélas par une partie de la littérature de jeunesse, une opposition entre « l’Homme » forcément perturbateur d’une « Nature » qui, sans son action serait harmonieuse, douce et sans conflit. C’est pourquoi les géographes préfèrent parler de « géosystème » qui met en relation lithosphère (relief, formes durelief, modelé…), pédosphère (sols…), biosphère (végétation, faune…), atmosphère (climat), hydrosphère (eaux de surface et eaux souterraines…), en intégrant les relations avec la société (voir schéma), plutôt que d’ « éco-système ».

2-    il n’y a plus en France, occupée depuis le néolithique de milieu « naturel » qui n’ait été transformé, ne serait-ce que superficiellement par une action anthropique, qui s’opposerait à des milieux aménagés. L’ensemble du territoire français doit être considéré comme aménagé. On doit donc partir de cette notion d’aménagement pour distinguer des milieux très fortement anthropisés comme les milieux urbains et périurbains et des grands axes de communication ; des milieux de loisirs destinés à la récréation des urbains (montagnes, littoraux…) ; des milieux agricoles et forestiers ; des milieux autrefois agricoles et densément peuplés touchés aujourd’hui par la déprise rurale (voir carte des milieux aménagés et des environnements). Il est important de noter que la notion d’aménagement suscite d’âpres débats, voire des conflits entre les besoins et les aspirations des différents acteurs.

3-    pour des raisons didactiques, commencer par une carte de la répartition de la population permet d’emblée de poser une question par essence géographique : pourquoi là, sous cette forme (essentiellement urbaine ou périurbaine) et pas ailleurs ? et donc bâtir une problématique. Le simple fait de se poser cette question montre la difficulté de la référence au cadre physique comme explication : Les potentialités des différents milieux sont inégales et leur utilisation a varié au cours du temps selon le niveau technologique, économique et social des acteurs. L’exemple de la Champagne dite « pouilleuse » montre la difficulté d’envisager dans l’absolu [et de façon intemporelle] les atouts ou les limites et les contraintes d’un milieu donné. Région au sol trop pauvre pour que se développe une agriculture traditionnelle, elle a longtemps été une terre de parcours [pour le bétail] très extensive, un lieu de chasse, avant de devenir l’une des grandes régions de production de céréales du bassin parisien, grâce en particulier à une utilisation massive d’engrais [et d’engins permettant de retourner le sol en profondeur]. Point n’est besoin d’insister sur l’illusoire « vocation » d’une terre ou d’un pays.

I/ Où vivent les Français ?

Il faut donc construire un raisonnement à partir du présent.
Le point de départ peut être fourni par deux croquis :
Un croquis des densités de population, des principales villes et des zones industrielles
Un croquis des principales stations touristiques et des axes de communication majeurs
ou bien une carte des villes françaises

Il faut donc pêle-mêle en observant ces cartes expliquer la centralisation parisienne, le déséquilibre de part et d'autre d'un axe Le Havre-Marseille, le peuplement des littoraux (1% du territoire, 10 % de la population) et des frontières du Nord et de l'Est, etc...

NB Sur la question des parcs naturels et des parcs naturels régionaux, voir article de géoconfluences "environnement et territoires"

Une carte des densités de population permet de localiser des vides et des pleins ; de remarquer une polarisation accrue entre les deux dates et l’accroissement des vides.

France urbaine et rurale : la polarisation s’accompagne d’un mouvement d’extension de la ville rurbanisation et/ou péri-urbanisation

Riches et pauvres

distinction : rural profond…

II/ des facteurs d’explication

1-  le relief et l’hydrographie

La carte du relief français révèle une nette dissymétrie entre une partie occidentale composée de plaines et de bas plateaux et une partie orientale au relief plus élevé et plus tourmenté, approximativement le long d'une ligne Pau/Toulouse/Limoges/Charleville-Mézières. Elle peut être mise en relation avec
la carte du relief européen
une carte géomorphologique (des formes du relief), elle même en relation avec l'histoire géologique
une carte historique qui montre que le choix de Paris comme capitale est du à un site de confluence remarquable (Seine, Oise, Marne, Loing...), mais aussi à sa position sur un axe Nord-Sud fondamental dans l'histoire du royaume, la "route des seuils".
L'analyse de la carte des climats n'a de sens que si elle insiste sur la seule contrainte climatique véritablement importante : la sécheresse estivale du climat méditerranéen.

D'une façon générale, on peut insister sur la carte des risques, essentiellement : inondations, affaissement de terrain, avalanches, zones sismiques...

la  carte du réseau hydrographique peut être mise en relation avec une carte du réseau urbain

la carte des milieux est déjà plus satisfaisante si l'on veut aborder le cadre physique, en distinguant 4 grands types de milieux, allant du plus  (milieux urbains et péri-urbains) au moins (milieux en déprise et milieux forestiers)
anthropisé, en passant par les milieux à forte concentration touristique et les milieux liés à une culture intensive et productiviste.
Une autre carte des milieux et de leurs usages distingue d'une part les contraintes et les aléas et d'autre part des milieux : emprise urbaine, plaines et plateaux, littoraux, haute et moyenne montagne


2- l’histoire politique : la lente construction de l’Etat-nation

La carte du réseau routier et celle de la Gaule dans l’Empire romain montre une intégration dans un ensemble méditerranéen, la nécessité de pouvoir acheminer rapidement destroupes vers la frontière (limes) avec les Germains, et le rôle particulier de Lyon, capitale des Gaules.
Après la période mérovingienne, la carte du partage de Verdun en 843 entre les 3 petit-fils de Charlemagne donne ses contours au futur royaume de France à partir de l'élection de Hugues Capet en 987, et ses limites orientales des 4 fleuves : Rhône, Saône, Meuse et Escaut.
Dans cette construction capétienne, on relève différentes caractéristiques spatiales : la centralisation parisienne, la volonté d'intégrer dans un même ensemble la moitié Nord et la moitié Sud du Royaume culturellement distinctes, pour ce faire, la volonté de sécuriser un axe Nord Sud à l'Est du massif central, difficilement franchissable et donc de s'étendre vers l'Est.
A la fin du règne de Louis XIV (1715), les frontières du royaume sont étendues (sauf au Nord) vers ce qui a été théorisé comme étant les "frontières naturelles". A l'exception de la Corse (1786), de la Savoie et de Nice (Traité de Turin en mars 1860 et referendum d'adhésion en avril 1860).
La révolution et surtout l'Empire continuent l'oeuvre de centralisation par la création des départements en 1791 et la transformation des paroisses en communes. Cette centralisation se reflète dans la configuration du réseau postal et du réseau de chemin de fer avant la nationalisation de la SNCF en 1937.
La carte administrative de la France prend son visage actuel avec la création des régions en 1960 et devenues colectivités territoriales (comme les communes et les départements) par la loi de décentralisation de 1982 : 22 régions métropolitaines et 4 régions Outre-Mer.

maillage : parcellaire, commune, pays, province, département, région

4- les réseaux de transport qui reflètent et favorisent mobilités et flux, la polarisation, les spécialisations régionales

5- les mutations des espaces productifs agriculture, industrie, tourisme.

6- nouveaux territoires urbains : l’étalement urbain

7- l’intégration européenne : entre Europe et régions

III/ l’aménagement du territoire :

Un même objectif la recherche de l’égalité entre territoire, deux générations

La carte de l'aménagement du teritoire entre 1960 et 1975 révèle différents objectifs :
corriger l’excessive centralisation parisienne (décentralisation parisienne, villes nouvelles, métropoles d’équilibre)
corriger le déséquilibre Est/Ouest le long de la ligne Le Havre/Marseille
faciliter reconversion des espaces industriels traditionnels
faciliter rénovation rurale
susciter de nouveaux aménagements
objectif environnemental

La carte de l'aménagement du territoire depuis 1975 révèle :
nouvelle échelle européenne (aides directes, diagonale du vide)
faciliter reconversion des espaces industriels
susciter de nouveaux aménagements
faciliter rénovation rurale

question urbaine politique de la ville
question environnementale : parc naturels, loi montagne, conservatoire du littoral

Annexe : sources des cartes :

Géographie historique de la France, Xavier de Planhol, Paris, Fayard, 1988
carte : la décentralisation en France, (p.514)
carte : des provinces aux départements (p.324)
carte : la route des seuils et l’emplacement de Paris (p.286)
carte : l’achèvement de la trame urbaine aux temps modernes (p.432)

Manuel de géographie Première L & ES Annette Ciattoni, dir, HATIER, 2003
croquis de synthèse (p.273)
Carte : la France un peuplement à dominante urbaine (p.163)
Carte : le relief de la France métropolitaine (3ème de couverture)
Carte : milieux et usages en France métropolitaine (p.185)
Carte : l’aménagement du territoire français entre 1960 et 1975 (p.262)
Carte : l’aménagement du territoire français depuis 1975 (p.263)
Carte : les densités de population en France en 1954 et en 1999 (p.167)

La France, permanences et mutations, Félix Damette & Jacques Scheibling, Hachette carré géographie, 1997
carte : axes conformes et contraires (p.21)
carte : le réseau ferroviaire en 1921 (p.46)
carte : le partage de 843 et le domaine des capétiens (p.18)
carte : réseau routier et poste à la veille de la Révolution (p.44)
carte : les grands traits de l’organisation physique de l’Europe (p.9)
carte : villes et réseau hydrographique (p.17)

Géographie urbaine, JP Paulet, Colin U, 2000,
le zonage de l’INSEE (p.18)

Atlas des nouvelles fractures sociales en France, Christophe Guilluy, Christophe Noyé Autrement, 2006
carte : les revenus modestes en France (p.31)
carte : la richesse se concentre dans les métropoles (p.II du supplément)

Documentation photographique : France, milieux et environnements, Yvette Veyret, Gérard Hugonie n°7027 février 1995.

pyramide des âges : http://www.population-demographie.org/donnees_cartes1.htm
densité de population par région : http://www.population-demographie.org/donnees_cartes2.htm
Carte sur les populations des départements de France : l'exemple de l'Eure-et-Loir : http://www.population-demographie.org/donnees_cartes3.htm

remarques sur l’analyse des populations : http://www.population-demographie.org/A&R-PAV647_p8-9.htm

échelles géologiques :
http://s3.archive-host.com/membres/images/162952819344256251/croquisreliefhydro.jpg
http://s3.archive-host.com/membres/images/162952819344256251/gÃosystème.jpg
http://s3.archive-host.com/membres/images/162952819344256251/chellegeologique.jpg
http://s3.archive-host.com/membres/images/162952819344256251/routedesseuils.jpg





Publié dans M1 GEOGRAPHIE

Commenter cet article

kalipo 05/12/2011 16:15

Bonjour,
votre cours est très interessant, mais malheureusement, vos liens sont morts. Pourriez-vous les rafraichir (en particulier les cartes) ? merci