cours 3. Centres et périphéries en Europe.

Publié le par thierry aprile


Le cours s'organise à partir d'un sujet donné en 2008 : "Les zones dynamiques en Europe"

1/ Dans un premier temps, il s'agit d'observer les documents et voir dans quelle mesure ils se rattachent au sujet, en s'nspirant de la méthode d'analyse des documents.

Les liens proposés
carte 1 : liens dynamisme / avec les agglomérations et plus généralement la densité de la population urbaine
carte 2 : liens dynamisme / avec le réseau de transport autoroutier, qui réduit les distances
carte 3 : liens dynamisme / avec la présence de sièges sociaux de grandes entreprises, considérées comme des acteurs spatiaux majeurs
carte 4 : liens dynamisme / avec la politique d'aides régionale de l'Union européenne, considérée aussi comme un acteur majeur
photo Francfort : lien dynamisme / avec métropole (déjà noté), et aussi avec axe majeur rhénan (même s'il s'agit ici du Main), l'histoire de la ville, le tourisme fluvial (+ renvoi à la logique de la ville européenne,
spécialisation des quartiers -quartier des affaires-))
texte Londres : lien / avec les facteurs de rayonnement mondial : marchés à terme, banques, Bourse de valeurs, assurances, marché de l'art, marché du spectacle et de la musique (+ allusion avec dynamique spatiales des métropoles européennes migrations pendulaires, spécialisation des quartiers - Soho-)
photo Londres : lien / avec l'extraordinaire densité de la ville qui donne une image saisissante de la centralité, avec les différentes générattions de buildings dédiés à la fonction financière : 1963, 1980, 1986, 2003.
texte sur l'axe rhénan : lien / avec le cadre (espace de liaison, nombreuses ruptures de charge et donc de carrefours) le temps (histoire très ancienne d'un espace frontière, puissance industrielle, puissance financière), les hommes (idée de structure politiques suffisamment lâches pour laisser beaucoup d'initiatives aux marchands et entrepreneurs)
texte sur Majorque : lien / avec le tourisme et une autre perspective de télétravail et de technopole

2/ dans un second temps, il s'agit de bien cadrer ses rermarques dans des raisonnements géographiques, et l'emploi de termes géographiques

3/ dans un troisième temps, il s'agit de bâtir une problématique (question, réponse et moyens de construire la réponse)

Publié dans M1 GEOGRAPHIE

Commenter cet article